Aujourd’hui encore, on l’appelle « Petit oiseau ».

par Shelley Chaffey, Milton (Ontario)

« Mes filles sont nées toutes les deux au bout de 29 semaines et pesaient 1 lb 11 oz et 3 lb 2 oz respectivement. Je n’ai pas de mots pour décrire la première fois que j’ai vu ces bébés prématurés allongés dans des incubateurs, rattachés à des fils et des tubes branchés à de nombreuses machines, en train de lutter pour survivre. Quand j’ai vu ma fille qui pesait 1 lb 11 oz, elle m’a fait penser à un oiselet; ses membres étaient plus petits que j’aurais pu l’imaginer.

« Les médecins m’ont assurée que je n’aurais rien pu faire pour rectifier ma situation, et pourtant je me sentais coupable. Je ne pouvais offrir à mes petites filles l’environnement rassurant dont elles avaient besoin et qui est le moins qu’on puisse attendre d’une maman. J’étais désespérée de ne pouvoir les prendre dans mes bras, de les apaiser et de les câliner, de tisser des liens avec elles. Au lieu de la sensation de joie et d’euphorie que devrait éprouver une nouvelle maman, je ne ressentais que la peur et l’isolation.

« Avec le recul, j’ai peine à imaginer que nous ayons vécu toutes ces épreuves! Une naissance prématurée et un séjour dans une UNSI est une expérience qui vous transforme et que vous n’oublierez jamais. Aujourd’hui encore, quand j’entends le bip d’un moniteur cardiaque, tout mon corps se raidit. C’est cependant une expérience qui rend plus fort et qui apprend à vivre l’instant présent sans jamais dire – et si … »

Chaque dollar compte

Pour l’amour de la famille. Pour toujours dans nos cœurs.